PROGRAMME POLITIQUE

du

PARTI LIBERTARIEN DU QUÉBEC



Tel que rédigé par Charles Olivier

Dimanche, le 24 avril 2022





NOTE PRÉALABLE : Le contenu du présent programme peut se voir modifié (et/ou bonifié) à tout moment, et ce potentiellement de façon significative, si le Parti devait éventuellement en prendre la décision, soit notamment dans la mesure où il se trouverait par exemple à changer de chef.


Voici donc les gestes politiques que le Parti Libertarien du Québec s’engage à poser, advenant qu’il se voit un jour élu de façon telle à ce qu’il puisse former un gouvernement majoritaire.



1) OPÉRATION : « D’abord, la Souveraineté, et conséquemment, les pleins pouvoirs sur notre propre destin. »

Tenue d’un référendum proposant la sécession du Québec, et ainsi la cessation de toute forme de lien légal avec le Canada anglais, ainsi qu’avec la Couronne britannique.



2) OPÉRATION : « Sauvons le bébé avant de jeter l’eau du bain »

Émission d’un avis écrit à tous les plus hauts fonctionnaires de tous(toutes) les ministères, services gouvernementaux et sociétés d’État, et les enjoignant, pour chacun(e) de ces ministères, service gouvernemental ou société d’État, de constituer une « équipe élite », aussi réduite que possible, de « super fonctionnaires » dont la tâche serait essentiellement de déterminer eux-mêmes un ensemble de façons de faire qui permettront, au final, d’assurer un maximum de continuité, et ce pour aussi longtemps que possible, en ce qui a trait aux actuelles activités étatiques les plus essentielles, soit notamment les différentes formes de paiements pouvant se voir administrés aux différents INDIVIDUS.

Triplement du salaire des hauts fonctionnaires en question.

Désignation, par le Gouvernement Minimaliste, d’un comité chargé de continuellement évaluer le travail des hauts fonctionnaires, et de s’assurer notamment que la bureaucratie se soit vue éliminée autant que possible, et que la fonction publique soit ainsi réduite puis gardée réduite à son strict minimum absolu.

Relocalisation de ces nouvelles unités administratives (à l’exception de la police et de l’armée) dans un nombre de bâtiments aussi réduit que possible, et idéalement, dans un seul et même bâtiment.

Au final, les seuls services qui seront gardés relativement intacts seront ceux de la police et de l’armée, du moins pour ce qui est du nombre de leur personnel ainsi que de la continuité de leur financement, QUOIQUE se verra émis à leurs plus hauts dirigeants un ordre en tous points similaires à celui décrit ici-haut, soit pour ce qui est donc plus spécifiquement de leur structure administrative. En d’autres termes, il leur sera ordonné de DÉBUREAUCRATISER, DÉGRAISSER et DÉPOLITISER leurs structures, respectives au maximum, de façon telle que la hiérarchie au sein de la police et de l’armée ne soit désormais plus attribuable qu’aux seules qualités suivantes : mérite, talent, compétence, expérience, courage, intelligence, clairvoyance, stratégie, sagesse. POINT.

Don, à des organismes environnementaux et de charité, de tout le matériel pouvant présentement se voir contenu dans les édifices gouvernementaux du Québec.

Destruction des actuels bâtiments gouvernementaux du Québec.

Destruction du Parlement de Québec :
- Éradication complète de l’édifice ;
- Pose de dalles sur le sol afin qu'aucune forme de vie ne puisse même pousser sur ces lieux ;
- Érection de clôtures en "plexiglas" tout autour du site, assez élevées pour empêcher quiconque d'y accéder ;
- Affichage de plaques commémoratives, sur toute la surface de ladite clôture (soit plus précisément à hauteur des yeux), afin qu’y soient décrites d’une façon aussi détaillée et approfondie que possible, les raisons qui auront pu justifier un tel geste, en prenant soin d'y développer tout particulièrement les périodes plus récentes de notre histoire.

Notons que la réalisation de telles inscriptions aura impliqué, au préalable, la formation d’un comité citoyen à cet effet, sous la direction de l'auteur du présent document.


3) CRÉATION d’un gouvernement MINIMALISTE et DÉCENTRALISÉ


Abrogation du système parlementaire britannique au niveau du gouvernement central du Québec.

Émission, à toutes les municipalités, d’un avis leur conférant formellement tout le pouvoir nécessaire pour en faire de même, puis de se trouver, par et pour elles-mêmes, de nouveaux outils d’auto-gouvernance.

Obligation à toutes les municipalités de permettre la tenue de référendum d'initiative populaire, notamment pour ce qui est du choix du mode de gouvernance, du moment où au moins 10 % de la population en aurait donc exprimé le souhait.

Émission, à toutes les municipalités, d’un avis leur imposant de reconnaître et permettre, sur leur propre territoire, la constitution d'autres communautés, plus localisées et de moindre envergure, du moment où un groupe de personnes ferait part de son souhait de s'associer les unes aux autres, sur une base de libre association, et de s'auto-gérer autant que faire se peut.

Émission, à toutes les municipalités, ainsi qu’à toute forme de communauté ou collectivité d’environ 100 personnes et plus, sur le sol québécois, d’un avis les invitant à désigner un(e) porte-parole chargé de les représenter au sein « d’assemblées régionales », qui seraient donc bien sûr à progressivement mettre sur pied, à mesure que l’on passera d’une étape à l’autre, tandis qu’il appartiendra éventuellement à ces assemblées régionales de désigner, à leur tour, un(e) porte parole qui lui(elle) sera chargé(e) de les représenter au sein d’une nouvelle « assemblée provinciale ». Dans le cas de l’une comme l’autre de ces assemblées, celles-ci se verront définies en temps et lieux par ceux et celles que cela pourra concerner, et auxqel(le)s il appartiendra donc de les structurer comme ils(elles) l’entendront, soit notamment en fonction des besoins spécifiques qui pourront s’avérer les leurs.

En attendant la mise sur pied de cette nouvelle assemblée provinciale, ce sera le Parti Libertarien qui assurera les fonctions, notamment régaliennes, de la gestion de l’État québécois, tout en étant ainsi d’autant plus en mesure de veiller à son démantèlement progressif, mais aussi rapide que cela pourra s’avérer possible, sans pour autant causer un choc social et humain qui soit trop difficile à soutenir et vivre, pour la population québécoise.


4) OPÉRATION : « Rétablissement d’une vraie justice en sol Québécois »

- Abrogation progressive du Code civil et du code criminel québécois.
- Création progressive d’un nouveau système de justice, aussi simplifié que possible, de façon notamment à ce que l’essentiel d’une telle charge, comme pour tout le reste, se voit plutôt transmis aux municipalités et autres communautés « encore plus locales ».
- Rétablissement de la peine de mort.
- Imposition automatique et systématique de la peine de mort envers tout individu reconnu coupable, sur le sol québécois, de l'un ou plusieurs des crimes suivants envers un enfant : traffic d'enfants, viol, violence sexuelle, meurtre, à plus forte raison lorsque le crime se voit commis dans un contexte "ritualistique".
- Amnistie systématique de tous les « petits criminels », soit ceux dont les fautes n’étaient pas de si grande importance, les établissements pénitenciers devant plutôt se voir réservés pour les « grands criminels » (voir ici-bas).

Formation d’un tribunal de style « Nuremberg », à l’image de ceux qui ont pu être institués à travers le monde au cours des deux dernières années, et visant à juger les crimes de tous ceux qui auront pu se voir impliqués de plus près dans « l’arnaque Covid », soit notamment tous ceux qui, au cours des deux années en questions, auront pu occuper l’un des postes suivants :

- Élus à l’Assemblée nationale ;
- Juges, avocats et magistrats ayant plaidé dans des procès impliquant les mesures sanitaires ;
- Médecins ;
- Hauts fonctionnaires de la Santé publique, ainsi que toute personne en position d’autorité étatique, qui aura pu veiller à l’application des mesures, et qui aurait ainsi pu être en mesure d’éviter de les appliquer, ou de les appliquer avec trop de rigueur, par exemple : les directeurs d’école.
- TOUS les employés des "médias officiels", ainsi que des principaux médias sociaux, soit notamment Facebook, Twitter et Instagram
- Membres de la franc-maçonnerie et/ou de toute autre société secrète pouvant opérer au Québec.



5) AUTRES DISPOSITIONS


SANTÉ ET ÉDUCATION : PRIVATISER, TOUT EN PRÉSERVANT L'ACCESSIBILITÉ
Privatisation complète de l'enseignement, de la santé et des garderies.
Instauration d'un département gouvernemental qui serait chargé de déterminer, en fonction du revenu de chacun, le montant de remboursement auquel chacun aurait droit, pour ses frais relatifs à la santé, l'éducation ou la garde d'enfants. Pour le citoyen, le mode de fonctionnement serait, au bout du compte, le suivant :
- Dans le cas de la santé, pour toute visite à TOUT professionnel de santé (en incluant notamment les médecines alternatives/holistiques), une facture sera directement émise au département en question, qui par la suite, si nécessaire, émettra une facture finale à l'usagé, après qu'ait donc pu se voir assumée par l'État une partie de celle-ci, tout dépendant là encore du revenu.
- Dans le cas des établissements d'enseignement ou des services de garde, là encore, les factures à l'intention des usagers seront automatiquement envoyées au département en question, qui après vérification du revenu, enverra une facture finale à l'usager.

POUR LA LIBERTÉ EN REGARD DE SES CHOIX DE VIE
- Pleine autorisation de l'euthanasie, ainsi que du suicide assisté.
- Pour ce qui est de l'avortement, il sera également permis, sauf que la couverture de l'État ira en s'amoindrissant à mesure que la grossesse avancera, de telle sorte que plus le foetus sera développé, plus la facture à payer sera élevée, tandis que pour le troisième trimestre, une surtaxe sera appliquée.

PRIVATISATION D'HYDRO-QUÉBEC
La gestion d'Hydro-Québec sera confiée, à partir d'un appel d'offre renouvelable annuellement, à une entreprise privée, à laquelle il appartiendra par la suite de démontrer, sur une base annuelle, qu'elle s'avère digne de voir une telle gestion lui voir remise à nouveau. La productivité, l'efficacité et la réduction des coûts et des effectifs devront être au rendez-vous, ainsi qu'un service à la clientèle qui soit digne de ce nom. Les hausses de tarifs seront toutefois autorisées et tant mieux si cela peut inciter chaque municipalité ou localité à se doter d'autant d'autonomie et d'efficacité énergétique que possible.

REPRISE DE CONTRÔLE DE NOS RESSOURCES
Augmentation systématique de la taxation de toute entreprise exploitant des ressources naturelles sur le territoire québécois, quoique le bénéfice d’une telle taxation pourrait fort bien se voir éventuellement retransféré, ne serait-ce qu’en partie ou progressivement, aux gouvernements locaux qui seraient respectivement concernés. Notons que le taux de taxation impliqué pourra et devra alors se voir ajusté en fonction du niveau de respect de l’environnement, pour chacune des entreprises concernées, en ce qui a trait à ses activités d’extraction des ressources en tant que telles.

PROTECTIONNISME PARTIEL
Création d’un comité chargé de déterminer l’ampleur des tarifs douaniers devant se voir appliqués à tout pays, et idéalement à toute entreprise, en se basant, pour ce faire, sur leur bilan en matière de respect de l’environnement ainsi que des droits de l’homme.

REPRISE DE CONTRÔLE DE L'IMMIGRATION
Réduction de l’immigration à un strict minimum absolu. Ultimement, les municipalités et autres communautés seront invitées à communiquer à leurs assemblées régionales respectives leurs besoins en main d’oeuvre. S’il n’est alors pas possible d’y palier, même au niveau régional, une liste des besoins globaux, pour chaque région, sera transmise au gouvernement central, afin qu’il puisse chercher, à l’internationale, les personnes les plus et les mieux qualifiées pour répondre aux besoins en question. Instruction sera par ailleurs donnée, aux personnes en charge de la sélection des nouveaux immigrants, de veiller à ne pas admettre au pays toute personne dont l’équilibre mental, les capacités sociales et les aptitudes à la vie en communautés soient moins qu’optimales, et/ou qui pourrait faire preuve de radicalisme ou de fondamentalisme, que ce soit au niveau religieux, politique ou idéologique.

ENVIRONNEMENT
Encouragement aux municipalités et autres communautés à se doter de critères environnementaux et humains (en se basant par exemple sur le principe de travail équitable) afin de justifier l'imposition par celles-ci de tarifs douaniers devant donc s'appliquer à toute marchandise devant se voir vendue sur leur territoire, et provenant pourtant de l'extérieur de celle-ci.

Rejoignez le groupe Fb du Parti Libertarien !!...